el vernis satge.png
El-Vernissatge_Pilar-Aymerich_títol_edited.png
El-Vernissatge_Culpa_Pilar-Aymerich_fons.jpg
tener-la-culpa-5a6a88.jpg

LES KUNST

Vingt ans pour en arriver là. La faute de personne. Moi toute seule, moi d'un bout à l'autre. Qui. D'abord la fille de l'épicier Lesur, puis la première de la classe, tout le temps. Et la dadaise en socquettes du dimanche, l'étudiante boursière. Et puis rien peut-être, tringlée par la faiseuse d'anges. Moi et les boîtes de flageolets dans la vitrine, le manteau rouille que j'ai porté trois ans, les livres, les livres, çui-là est-ce que tu l'as, l'herbe écrasée de la kermesse en juillet, la main douce, il ne faut pas... Des gens partout, titubants, gesticulateurs. Ils s'avancent, violacés, les mains pendantes, il en sort de tous les coins, les vieux kroumirs, les braques de l'hospice à côté, les vicieux toujours la main quelque part, ceux qui achètent du corned-beef et le font marquer dans le cahier.

— Annie Ernaux, Les armoirs vides. Editions Gallimard, 1973.

Annie Ernaux_El vernissatge_La culpa